POUVONS-NOUS FAIRE CONFIANCE À L'AUTO-DÉCLARATION DES CHUTES PAR LES PERSONNES ÂGÉES QUI VIVENT EN MAISON DE RETRAITE ?

Viveiro LAP1, Kallas MOI2, Reis M.2, Jacob Filho W.2, Pompeu JE1
1Université de Sao Paulo, Département de physiothérapie, orthophonie et ergothérapie, École de médecine, Sao Paulo, Brésil, 2Université de Sao Paulo, Département de gériatrie, École de médecine, Sao Paulo, Brésil

Contexte: La plupart des études utilisent les chutes autodéclarées pour classer la personne âgée comme chuteuse, mais cette classification est-elle fiable ?

Objectif : Nous avons cherché à comparer l'auto-déclaration des chutes avec les déclarations faites par l'équipe soignante concernant la survenue de chutes chez les personnes âgées vivant en EHPAD.

Méthodologie: Il s'agissait d'une étude transversale. Les personnes âgées ont été recrutées dans une maison de retraite à but non lucratif. Tous les participants ont été interrogés par un physiothérapeute qui a demandé à l'individu de répondre à la question : "Combien de fois êtes-vous tombé au cours de la dernière année ?". De plus, le nombre total de chutes au cours de l'année précédente selon un formulaire de déclaration de chute fourni par la maison de retraite a été recueilli. Nous avons également classé les individus en « chuteurs » (une ou plusieurs chutes) et « non-chuteurs » (aucune chute), pour les chutes autodéclarées et pour la notification des chutes. Nous avons exclu les personnes qui n'avaient pas complété une année dans la maison de retraite. Nous avons utilisé le test t apparié pour comparer le nombre total de chutes autodéclarées et le nombre total de chutes selon la notification des chutes. Pour comparer la classification des chuteurs et des non-chuteurs pour les chutes autodéclarées et notifiées, nous avons utilisé le test de McNemar. L'analyse statistique a été réalisée à l'aide d'IBM SPSS Statistics (version 20). Nous avons utilisé un niveau de signification de p 0.05.

Résultats: Cinquante-sept individus ont été inclus dans notre échantillon, 34 étaient des femmes (59.6%) et 23 étaient des hommes (40.4%). Leur âge moyen (ET) était de 79.5 (7.5) ans. La moyenne du nombre total de chutes autodéclarées dans notre échantillon était de 1.2 (4.5) et la moyenne du nombre total de chutes selon la notification des chutes était de 1.7 (4.5). Il n'y avait pas de différence entre l'auto-déclaration et la notification concernant le nombre de chutes (test t apparié, p = 0.43). Cependant, 16 (28.1 %) individus se sont classés comme chuteurs, tandis que 27 (47.4 %) individus étaient en fait considérés comme chuteurs par le formulaire de déclaration de chute de la maison de retraite (test de McNemar, p = 0.01).

Conclusion(s) : Il n'y avait pas de différence entre l'auto-évaluation et la notification concernant le nombre de chutes. Cependant, il y avait une différence concernant la classification en tant que chuteurs et non-chuteurs lorsque nous avons comparé l'auto-évaluation avec la notification des chutes.

Implications L'auto-déclaration n'est pas aussi fiable que la notification pour la classification de la personne âgée en tant qu'abatteur. Nous supposons que cette différence peut être liée à une mauvaise conception des chutes ou aux problèmes de mémoire des personnes âgées. De nouvelles études sont nécessaires pour analyser cette hypothèse.

Mots clés: Équilibre postural, chutes accidentelles, personnes âgées

Remerciements de financement : Nous sommes reconnaissants de Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nível Superior (CAPES) pour le doctorat. bourse.

Topic: Les personnes plus âgées

Approbation éthique requise : Oui
Institution : École de médecine de l'Université de Sao Paulo
Comité d'éthique : Comité d'éthique de la recherche
Numéro d'éthique : 1.818.309/2016


Tous les auteurs, affiliations et résumés ont été publiés tels qu'ils ont été soumis.

Retour à la liste