RÉSULTATS D'IRM DU RACHIS CERVICAL CHEZ LES INDIVIDUS SOUFFRANT DE DOULEUR AU COU PAR RAPPORT À DES CONTRÔLES SANS DOULEUR : UNE REVUE SYSTÉMATIQUE AVEC MÉTA-ANALYSE

Farell S1,2, Smith A.3, Hancock M.4, Webb A.5, Sterling M.1,2
1L'Université du Queensland, RECOVER Injury Research Centre, Brisbane, Australie, 2Université Griffith, Menzies Health Institute Queensland, Gold Coast, Australie, 3Griffith University, School of Allied Health Sciences, Gold Coast, Australie, 4Macquarie University, Discipline of Physiotherapy, Sydney, Australie, 5Université nationale australienne, faculté de médecine, faculté de santé et de médecine, Canberra, Australie

Contexte: Il existe une incertitude quant à la signification clinique des résultats de l'imagerie par résonance magnétique (IRM) du rachis cervical chez les personnes atteintes d'un trouble associé au coup du lapin (WAD) ou d'une cervicalgie non spécifique (NSNP).

Objectif : Comparer la présence de résultats d'IRM du rachis cervical chez les personnes atteintes de WAD ou de NSNP avec des témoins sans douleur.

Méthodologie: Une revue systématique avec méta-analyse a été entreprise, comparant les résultats de l'IRM de la colonne cervicale chez les personnes atteintes de WAD ou NSNP, avec des témoins sans douleur. Les bases de données Medline, EMBASE, CINAHL, Web of Science, SCOPUS et Cochrane CENTRAL ont été consultées. Deux examinateurs indépendants ont identifié des études rapportant des résultats d'IRM du rachis cervical chez des adultes avec WAD et témoins sans douleur, ou avec NSNP et témoins sans douleur. Le risque de biais a été évalué à l'aide de l'outil d'évaluation de la qualité pour les études observationnelles de cohorte et transversales. Les données ont été extraites et une méta-analyse a été réalisée à l'aide d'un modèle à effets aléatoires pour calculer les rapports de cotes ou les différences moyennes standard (DMS) pour les données binaires et continues, respectivement. La qualité globale des preuves issues des méta-analyses a été évaluée à l'aide de l'approche des grades de recommandation, d'évaluation, de développement et d'évaluation.

Résultats: Au total, 31 études ont été incluses (huit comparant des individus atteints de WAD aigu à des témoins, 14 comparant des individus atteints de WAD chronique à des témoins, 12 comparant des individus atteints de NSNP chronique à des témoins) comprenant 3,995 1.18 participants. La section transversale majeure du rectus capitis postérieur était plus petite chez les personnes atteintes de NSNP chronique que chez les témoins (deux études : SMD -95 [IC à 1.65 % -0.71, -XNUMX]). Les comparaisons de méta-analyses restantes n'ont montré aucune différence significative entre les groupes dans les résultats de l'IRM (c'est-à-dire la section transversale multifidus, l'infiltration de graisse musculaire multifidus et l'intensité du signal du ligament alaire chez les personnes atteintes de WAD chronique ; multifidus, sternocléidomastoïdien, semispinalis capitis, longus capitis, rectus capitis posterior mineur, splenius capitis section transversale, dégénérescence discale et changements Modic chez les personnes atteintes de NSNP chronique). La qualité des preuves de ces méta-analyses était pour la plupart faible ou très faible, en raison de la petite taille des échantillons et de la forte hétérogénéité.

Conclusion(s) : En raison des preuves généralement de faible qualité, des conclusions définitives ne peuvent être tirées sur la présence de résultats d'IRM chez les personnes atteintes de WAD ou NSNP par rapport aux témoins sans douleur.

Implications Ces données indiquent que les preuves actuelles concernant la présence - et inversement, l'absence - de différences dans les résultats de l'IRM du rachis cervical entre les personnes souffrant de douleurs cervicales et les témoins sans douleur sont généralement faibles. En tant que tel, la signification clinique des résultats de l'IRM du rachis cervical dans le WAD et le NSNP reste incertaine. Les physiothérapeutes doivent continuer à adopter les directives existantes sur l'imagerie dans le WAD et le NSNP, et interpréter l'IRM dans le cadre d'un scénario clinique plus large chez les patients souffrant de ces douleurs cervicales.

Mots clés: Douleurs cervicales, coups de fouet cervical, imagerie par résonance magnétique

Remerciements de financement : Aucun financement spécifique n'a été reçu pour cette étude

Topic: Appareil locomoteur: colonne vertébrale

Approbation éthique requise : Non
Établissement : N/A
Comité d'éthique : N/A
Raison non requise : recherche d'examen systématique - approbation éthique non applicable


Tous les auteurs, affiliations et résumés ont été publiés tels qu'ils ont été soumis.

Retour à la liste