RÉADAPTATION NUMÉRIQUE POUR AMÉLIORER LES RÉSULTATS : L'ESSAI SUR L'ACTIVITÉ ET LA MOBILITÉ UTILISANT LA TECHNOLOGIE (MONTANT)

Déposez votre dernière attestation
Hassett L.1,2, van den Berg M.3, Lindley R.4, Crotty M.3, McCluskey A.2,5, van der Ploeg H.1,6, Smith S.7, Schurr K.5, Sherrington C.1, Montant Equipe de Recherche -1
1L'Université de Sydney, École de santé publique, Faculté de médecine et de santé, Sydney, Australie, 2L'Université de Sydney, Faculté des sciences de la santé, Sydney, Australie, 3Flinders University, Adélaïde, Australie, 4L'Université de Sydney, Faculté de médecine et de santé, Sydney, Australie, 5La collaboration StrokeEd, Sydney, Australie, 6Institut de recherche en santé publique d'Amsterdam, Amsterdam UMC, Vrije Universiteit Amsterdam, Amsterdam, Pays-Bas, 7Université Southern Cross, Coffs Harbour, Australie

Contexte: Le besoin de réhabilitation est croissant bien que les ressources soient limitées pour répondre à cette demande. La réadaptation numérique peut être un moyen abordable d'offrir une réadaptation et d'obtenir de meilleurs résultats ; cependant, cela n'a pas été testé dans de grands essais pragmatiques.

Objectif : L'objectif principal de l'essai Activity and MObility UsiNg Technology (AMOUNT) était de tester l'efficacité d'une prescription personnalisée d'appareils abordables pour améliorer la mobilité et l'activité physique en plus des soins habituels chez les personnes à mobilité réduite qui entreprennent des soins aux personnes âgées et une réadaptation neurologique par rapport à soins habituels seuls.

Méthodologie: AMOUNT était un essai pragmatique, randomisé en aveugle et en groupes parallèles. En plus des soins habituels, le groupe d'intervention a utilisé des appareils, notamment des jeux vidéo de réalité virtuelle, des moniteurs d'activité et des ordinateurs portables pendant 6 mois. Un physiothérapeute a prescrit ces appareils en utilisant un protocole qui correspondait aux jeux/exercices des appareils pour cibler des limitations de mobilité spécifiques et augmenter l'activité physique. Les participants ont été supervisés en utilisant les appareils en milieu hospitalier, ont appris à utiliser les appareils et ont ensuite été renvoyés chez eux pour utiliser les appareils ≥ 5 jours par semaine pour le reste de l'essai. Un physiothérapeute a soutenu l'utilisation post-hospitalière en utilisant une approche de coaching de santé par téléphone, e-mail, vidéoconférence et visites à domicile limitées. Les résultats co-primaires étaient la mobilité (batterie de performance physique courte basée sur la performance ; version continue ; plage de 0 à 3 ; un score plus élevé indique une meilleure mobilité) et le temps debout comme mesure indirecte de l'activité physique (proportion de la journée debout mesurée avec activPAL) à 6 mois. Les modèles linéaires ont évalué l'effet de l'allocation de groupe avec des scores de base entrés comme covariables.

Résultats: Trois cents participants ont été recrutés (âge moyen 74 ans, SD 14 ; 50 % de femmes ; 54 % de troubles neurologiques causant une limitation d'activité). Les participants à l'intervention ont reçu en moyenne 12 (SD 11) séances d'hospitalisation supervisées utilisant 4 (SD 1) appareils différents et 15 (SD 5) contacts de physiothérapie soutenant l'utilisation de 2 (SD 1) appareils après la sortie de l'hôpital. Tous les appareils disponibles ont été utilisés et six des appareils ont été utilisés dans tous les établissements de soins. La mobilité s'est améliorée de manière significative dans le groupe d'intervention par rapport au groupe témoin entre le départ et 6 mois (différence moyenne entre les groupes de 0.2 point ; IC à 95 % de 0.1 à 0.3 ; p = 0.006), mais le temps de verticalisation était similaire entre les groupes à 6 mois (moyenne différence entre les groupes -0.2, IC à 95 % -2.7 à 2.3 ; p = 0.87). Les résultats secondaires de la mobilité ont également favorisé le groupe d'intervention, tout comme d'autres aspects de l'activité physique (par exemple, l'activité physique autodéclarée), en particulier pour les participants plus jeunes. Dans l'ensemble, les participants du groupe d'intervention ont évalué la convivialité des appareils au-dessus de la moyenne et ont évalué le plaisir comme élevé à tous les moments.

Conclusion(s) : L'intervention AMOUNT a entraîné des améliorations significatives et cliniquement importantes de la mobilité et du temps autodéclaré passé à marcher qui n'ont pas été accompagnées de changements significatifs du temps en position debout.

Implications Nos résultats suggèrent que la rééducation numérique, soutenue par des physiothérapeutes, est faisable, acceptable et peut améliorer les résultats de mobilité. Le succès de l'intervention dans l'amélioration de la mobilité est probablement dû à la personnalisation de l'intervention axée sur la qualité et la quantité de pratique.

Mots clés: réadaptation, technologie, mobilité

Remerciements de financement : Ce travail a été soutenu par une subvention de projet du National Health and Medical Research Council australien (APP1063751)

Topic: Handicap & réadaptation ; Robotique et technologie ; Neurologie

Approbation éthique requise : Oui
Établissement : SAHS & SWSLHD
Comité d'éthique : SAC HREC & SWSLHD HREC
Numéro d'éthique : 529.13 & HREC/13/SAC/359


Tous les auteurs, affiliations et résumés ont été publiés tels qu'ils ont été soumis.

Retour à la liste