LES PHYSIOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC SUIVENT-ILS LES LIGNES DIRECTRICES FONDÉES SUR DES PREUVES POUR LE TRAITEMENT DE L'ARTHRITE INFLAMMATOIRE?

Orozco T.1, El-Khoury J.1, Feldman DE1,2
1Université de Montréal, École de Réadaptation, Montréal, Canada, 2École de santé publique, Université de Montréal, Médecine sociale et préventive, Montréal, Canada

Contexte: La physiothérapie joue un rôle important dans la prise en charge globale de la polyarthrite rhumatoïde (PR) et de la spondylarthrite ankylosante (SA). Les exercices thérapeutiques (mobilité et renforcement) doivent être commencés dès le diagnostic de la maladie. L'éducation du patient est essentielle et l'exercice aérobie est recommandé à la fois dans la PR et dans la SA. Les modalités passives telles que l'électrothérapie sont plus controversées

Objectif : Documenter le type d'interventions utilisées par les physiothérapeutes (PT) travaillant au Québec pour les patients atteints de PR et de SA, évaluer si les choix d'intervention suivent les lignes directrices de pratique actuelles et explorer les facteurs associés à ces choix.

Méthodologie: Nous avons envoyé un sondage en ligne aux physiothérapeutes du Québec par l'intermédiaire d'organismes de réglementation et de contacts sur les réseaux sociaux. Les participants ont été interrogés sur le type de traitement qu'ils fourniraient à deux patients présentant des signes et symptômes typiques de la PR et de la SA. Des statistiques descriptives ont été utilisées pour illustrer les proportions de chaque traitement choisi par les PT. Nous avons également exploré les associations entre le choix des traitements et les facteurs démographiques et liés à la pratique des PT à l'aide de statistiques inférentielles et d'analyses de régression.

Résultats: Au total, 298 physiothérapeutes du Québec ont répondu au sondage en ligne. Pour la PR et la SA respectivement, les modalités les plus courantes étaient les exercices de mobilité (94.0 % ; 98.9 %) et l'éducation des patients (93.1 % ; 93.3 %). Pour la PR, les modalités suivantes les plus courantes étaient l'application de chaleur/froid (65.3 %), les exercices de renforcement (65.3 %), les formes de thérapie manuelle passive (thérapie manuelle, techniques des tissus mous, ostéopathie) (37.5 %) et l'électrothérapie (31.0 %). ). Le choix de l'électrothérapie (p = 0.006) et des thérapies manuelles passives (p = 0) était fortement associé au travail dans le secteur privé. Pour la SA, les modalités suivantes les plus courantes étaient les exercices de renforcement (64.4 %), les formes manuelles passives de thérapie (58.3 %), l'application de chaleur/froid (57.8 %) et l'électrothérapie (41.1 %). Le choix de formes de thérapie manuelle passive était fortement associé au travail dans le secteur privé (p = 0) et au fait d'avoir suivi des cours de troisième cycle liés (p = 0). Dans la littérature, l'éducation des patients, les exercices thérapeutiques et les exercices aérobies sont recommandés pour la PR et la SA. Les résultats montrent que les exercices de renforcement sont sélectionnés par environ les deux tiers des participants alors que l'exercice aérobique a été choisi par moins de 3 % des PT pour la PR et la SA.

Conclusion(s) : La majorité des physiothérapeutes ont choisi les exercices de mobilité et l'éducation des patients, qui représentent tous deux d'importantes approches thérapeutiques recommandées pour la PR et la SA. Cependant, les exercices de renforcement, qui font partie des exercices thérapeutiques, et les exercices aérobiques n'ont pas été utilisés autant que le recommandent les directives de pratique actuelles.

Implications Les physiothérapeutes du Québec n'utilisent pas suffisamment les exercices de renforcement et d'aérobie auprès des clientèles atteintes de PR et de SA malgré les preuves recommandant ce type de traitement. Il est nécessaire d'améliorer l'application des connaissances aux physiothérapeutes concernant l'importance des exercices de renforcement et des exercices aérobiques pour les patients atteints de PR et de SA.

Mots clés: Polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, directives de pratique clinique

Remerciements de financement : Canadian Initiative for Outcomes in Rheumatology Care (CIORA) et le programme d'Excellence en Médecine pour l'Initiation En Recherche (PREMIER).

Topic: Rhumatologie

Approbation éthique requise : Oui
Établissement : Université de Montréal
Comité d'éthique : Comité d'éthique de la recherche en santé (CERES)
Numéro d'éthique : 17-137-CERES-D


Tous les auteurs, affiliations et résumés ont été publiés tels qu'ils ont été soumis.

Retour à la liste