EXPLORER LES ASSOCIATIONS ENTRE L'OBÉSITÉ, LA MULTIMORBIDITÉ ET LA FONCTION CHEZ LES ADULTES AVEC ET SANS VIH : RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES D'UNE COHORTE DU CAP OCCIDENTAL

Fichier audio
Déposez votre dernière attestation
K. Berner1, H. Strijdom2, I. Webster2, MF Essop3,2, Q. Louw1
1Université de Stellenbosch, Département des sciences de la santé et de la réadaptation, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Le Cap, Afrique du Sud, 2Université de Stellenbosch, Centre de recherche cardiométabolique en Afrique, Division de physiologie médicale, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Cape Town, Afrique du Sud, 3Université de Stellenbosch, Département des sciences physiologiques, Faculté des sciences, Stellenbosch, Afrique du Sud

Contexte: L'obésité, la multimorbidité et les déficiences fonctionnelles deviennent apparentes chez les personnes vivant avec le VIH chronique (PVVIH). Les données provenant de milieux à revenu élevé suggèrent que l'obésité et la multimorbidité peuvent contribuer au déclin fonctionnel, à une mauvaise santé mentale et à une qualité de vie réduite chez les PVVIH. Comprendre les conséquences fonctionnelles et les expériences des patients est crucial pour éclairer les soins personnalisés. Malheureusement, les séquelles centrées sur la personne de l'obésité et de la multimorbidité en interaction avec le VIH restent mal caractérisées ; et pour l'Afrique du Sud, où le VIH peut affecter les jeunes adultes qui peuvent vivre jusqu'à un âge avancé, les preuves longitudinales sont inexistantes. Il s'agit de la première étude qui examinera la faisabilité et les résultats cliniques d'un protocole prospectif pour explorer de telles relations dans un contexte à faibles ressources.

Objectif : Étudier si une masse corporelle obèse et/ou une multimorbidité influencent les résultats centrés sur la personne et si ces observations diffèrent selon le statut VIH, et déterminer la faisabilité d'une conception longitudinale imbriquée pour décrire les tendances temporelles.

Méthodologie: Cette étude en cours compare des adultes dont le statut VIH, le statut multimorbide et la masse corporelle diffèrent en utilisant une conception prospective non interventionnelle avec des mesures répétées. Un suivi de dix-huit mois servira de pilote interne pour établir la faisabilité. Une clinique communautaire de soins primaires dans le Western Cape, en Afrique du Sud, est le cadre de l'étude. Des données de référence préliminaires ont été extraites et analysées pour 28 participants séropositifs et 17 participants séropositifs sur un total prévu de 150 (collecte de données suspendue en mars 2020 en raison de la COVID-19). Les critères de jugement centrés sur la personne comprennent les limitations d'activité (WHODAS 12 items), les chutes (rappel rétrospectif sur 1 an), les symptômes dépressifs (CES-D-10), la mobilité fonctionnelle (5 x le temps passé à s'asseoir et se tenir debout), l'aptitude fonctionnelle (protocole STEP -VO2 max dérivée) et la force de préhension (dynamomètre hydraulique). Les analyses comprenaient une ANOVA factorielle et un test du chi carré (caractéristiques de base) et une ANCOVA factorielle incluant le sexe (résultats centrés sur la personne).

Résultats: L'âge moyen de l'échantillon était de 42.4 (1.31) ans et similaire entre tous les groupes de comparaison (p> 0.05). Lors de la définition respective de la multimorbidité comme (i) ayant ≥2 maladies chroniques quelconques, ou (ii) parmi les PVVIH, comme le VIH plus ≥2 conditions supplémentaires, la multimorbidité était plus élevée (71.4 %, p=0.019) ou similaire (25.0 %, p= 0.460) prévalent chez les PVVIH que le SNP (35.3%). 35.3% des SNP et 21.4% des PVVIH étaient obèses (p=0.325). Les différences dans les résultats centrés sur la personne étaient associées de manière variable au fait d'avoir le VIH (temps de montée au fauteuil plus lent, p = 0.024), la multimorbidité (symptômes dépressifs, p = 0.045), l'obésité (VO2 max plus faible, p = 0.041) ou une interaction VIH x IMC (dépression symptômes, p = 0.032).

Conclusion(s) : Les résultats préliminaires montrent que dans cet échantillon sud-africain d'âge moyen, l'obésité semble aussi répandue, et la multimorbidité similaire ou plus répandue, chez les PVVIH par rapport aux pairs non séropositifs. Le VIH, l'obésité et la multimorbidité étaient associés de manière variable et potentiellement synergique à différentes dimensions de la fonction objective et des symptômes dépressifs. Nous réévaluerons ces résultats à la fin de la collecte des données de base, établirons la faisabilité de mener une étude longitudinale imbriquée dans une cohorte existante et déterminerons finalement les tendances temporelles des résultats de l'étude.

Implications Alors que l'obésité, les maladies non transmissibles et les épidémies de VIH se heurtent, les spécialistes de la réadaptation doivent garder à l'esprit les impacts potentiels (qui peuvent être synergiques) sur la santé mentale, la condition physique fonctionnelle et la mobilité fonctionnelle. Ces résultats semblent précieux à évaluer et peuvent éclairer les soins personnalisés des adultes jeunes à d'âge moyen qui peuvent souffrir de l'une ou d'une combinaison de ces conditions.    

Financement, remerciements : Sous-comité C du Fonds de recherche en début de carrière du Comité de recherche, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Stellenbosch.

Mots clés: VIH, obésité, multimorbidité

Topic: Handicap et réadaptation

Ce travail a-t-il nécessité une approbation éthique? Oui
Établissement : Université de Stellenbsoch
Comité : Comité d'éthique de la recherche humaine
Numéro d'éthique : N19/02/029


Tous les auteurs, affiliations et résumés ont été publiés tels qu'ils ont été soumis.

Retour à la liste