FACTEURS ASSOCIÉS À LA DÉPLACEMENT COMMUNAUTAIRE ET À LA PARTICIPATION SOCIALE CHEZ LES PERSONNES ATTEINTES D'ARTHROSE : RÉSULTATS DE L'ÉTUDE LONGITUDINALE CANADIENNE SUR LE VIEILLISSEMENT

Webber S1, Barclay R.1, Ripat J.2, Tate R.3
1Université du Manitoba, Physiothérapie, Winnipeg, Canada, 2Université du Manitoba, ergothérapie, Winnipeg, Canada, 3Université du Manitoba, Sciences de la santé communautaire, Winnipeg, Canada

Contexte: La déambulation communautaire et la participation sociale sont positivement associées à la qualité de vie liée à la santé chez les personnes âgées. Les limitations de la capacité de marcher dans la communauté peuvent entraîner une participation sociale réduite, une diminution des capacités de soins personnels, la dépression et l'isolement social. Les personnes atteintes d'arthrose affectant le genou et/ou la hanche signalent souvent des difficultés à marcher à l'extérieur. Dans cette population, la présence d'une incapacité à marcher est associée à des niveaux plus élevés de mortalité toutes causes confondues, ainsi que de mortalité cardiovasculaire et liée à la démence par rapport à ceux qui ne signalent pas de difficulté à marcher.

Objectif : Identifier les facteurs associés à la déambulation communautaire et à la participation sociale chez les Canadiens de 45 à 85 ans atteints d'arthrose.

Méthodologie: Nous avons analysé les données des questionnaires Main Wave et Maintien du contact du groupe de suivi de l'Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement. Des modèles de régression logistique multivariable ont été développés pour la déambulation communautaire et la participation sociale chez les personnes atteintes d'arthrose d'un ou des deux genoux et/ou hanches. Les variables explicatives ont été choisies sur la base d'une revue de la littérature connexe. Le nombre de problèmes de santé chroniques, la scolarité, l'état matrimonial, la province et les facteurs urbains/ruraux ont été contrôlés.

Résultats: Notre modèle de déambulation communautaire comprenait 3808 2.21 personnes atteintes d'arthrose. Les personnes atteintes d'arthrose étaient plus susceptibles de marcher à l'extérieur « parfois ou souvent » (par rapport à « jamais ou rarement ») pendant les mois de beau temps (par exemple, juillet par rapport à janvier : OR 1.57 ; IC 3.11, 55) et si elles étaient plus jeunes groupes (par exemple, 64-75 ans vs 85-1.53 ans : OR 1.22 ; 1.92, 0.55). Les facteurs associés au fait d'être moins susceptible de marcher à l'extérieur comprenaient : une santé autoévaluée mauvaise ou excellente (OR 0.34 ; 0.90, 2), difficulté à marcher 3-0.59 pâtés de maison contre aucune difficulté (OR 0.48 ; 0.74, 0.63), douleur intense vs aucune douleur (OR 0.47 ; 0.85, 0.79) et femme vs homme (OR 0.66 ; 0.94-XNUMX).
Notre modèle de participation sociale comprenait 4370 personnes atteintes d'arthrose. Les individus étaient plus susceptibles de participer à des activités sociales « hebdomadaires ou quotidiennes » (vs. « jamais/annuelles/mensuelles ») s'ils étaient des femmes par rapport à des hommes (OR 1.40 ; 1.13, 1.72). Ils étaient moins susceptibles de participer régulièrement s'ils étaient incapables de marcher 2-3 pâtés de maison vs sans difficulté (OR 0.44 ; 0.27, 0.72), s'ils étaient plus insatisfaits de leur vie (par exemple, extrêmement insatisfaits vs extrêmement satisfaits : OR 0.31 ; 0.18, 0.54), et s'ils étaient plus jeunes (par exemple, 45-54 ans vs 75-85 ; OR 0.69 ; 0.49, 0.98).

Conclusion(s) : Un certain nombre de facteurs influencent la déambulation dans la communauté et la participation sociale des personnes atteintes d'arthrose. Les effets de l'âge et du sexe diffèrent pour les deux résultats. La capacité de marcher 2-3 pâtés de maisons était positivement associée aux deux modèles.

Implications Les résultats soulignent l'importance de la capacité de marcher pour influencer à la fois la déambulation communautaire et la participation sociale chez les personnes atteintes d'arthrose affectant le genou et/ou la hanche. Les physiothérapeutes devraient traiter les anomalies de la marche et la tolérance à la marche (y compris la déambulation communautaire) dans cette population afin d'améliorer la qualité de vie liée à la santé et de réduire les risques de mortalité.

Mots clés: rééducation, participation, marche

Remerciements de financement : Ce travail a été financé par une subvention de dotation du Collège des sciences de la réadaptation de l'Université du Manitoba.

Topic: Les personnes plus âgées; Rhumatologie

Approbation éthique requise : Oui
Établissement : Université du Manitoba
Comité d'éthique : Comité d'éthique de la recherche en santé
Numéro d'éthique : HS19757 – H2016:198


Tous les auteurs, affiliations et résumés ont été publiés tels qu'ils ont été soumis.

Retour à la liste