SOINS RESPIRATOIRES CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS ATTEINTS DE MALADIES NEUROMUSCULAIRES : UNE PERSPECTIVE SUD-AFRICAINE

Déposez votre dernière attestation
Humain A.1,2, Corten L.2, Jelsma J.2, demain B.3
1Sefako Makgatho Health Sciences University, Physiothérapie, Pretoria, Afrique du Sud, 2University of Cape Town, Health and Rehabilitation Sciences (Division Physiotherapy), Observatory, Cape Town, Afrique du Sud, 3Université du Cap, pédiatrie et santé infantile, Rondebosch, Cape Town, Afrique du Sud

Contexte: Diverses techniques non pharmacologiques améliorent le dégagement des voies respiratoires. La physiothérapie thoracique est une partie importante des soins respiratoires et comprend diverses techniques, telles que les percussions, les vibrations, la compression thoracique et la stimulation/augmentation de la toux. La kinésithérapie respiratoire est conseillée chez les enfants présentant une faiblesse des muscles respiratoires et une faible toux.

Objectif : Explorer ce que les physiothérapeutes sud-africains perçoivent comme les meilleurs soins respiratoires chez les patients pédiatriques et adolescents non ventilés atteints de maladies neuromusculaires (NMD) dans des contextes aigus et chroniques. Les chercheurs ont également voulu déterminer quelles techniques de physiothérapie thoracique sont actuellement utilisées par les physiothérapeutes en Afrique du Sud.

Méthodologie: Une conception d'étude de recherche descriptive transversale a été mise en œuvre et un cadre d'échantillonnage raisonné non probabiliste a été utilisé. Un questionnaire auto-construit a été distribué à 475 physiothérapeutes ayant un intérêt particulier ou une expertise dans le domaine des soins respiratoires et/ou de la pédiatrie, à l'aide d'une plateforme d'enquête en ligne.

Résultats: Le taux de réponse global était de 16 %. Parmi ces répondants, 80 % étaient éligibles parce qu'ils avaient déjà travaillé avec des patients atteints de MNM. La majorité des participants travaillaient en cabinet privé et/ou dans des services hospitaliers et avaient moins de cinq ans d'expérience professionnelle. Les techniques les plus fréquemment choisies pour les soins respiratoires généraux aigus étaient l'apport d'oxygène supplémentaire et la gestion posturale 24 heures sur 50. Les vibrations, le positionnement et les exercices de respiration ont été privilégiés pour mobiliser les sécrétions et la toux assistée manuellement a été fortement encouragée pour l'augmentation de la toux. La majorité ne connaissaient pas l'insufflation-exsufflation mécanique comme technique alternative d'augmentation de la toux ou connaissaient l'appareil, mais ne l'avaient jamais utilisé auparavant. Pour la gestion chronique, la majorité des participants ont soutenu l'entraînement des muscles inspiratoires et les exercices de respiration dans le cadre de l'entraînement des muscles respiratoires et des exercices de compliance pulmonaire. Cependant, 24 % des participants n'étaient pas sûrs de l'utilisation de la respiration cumulée/hyperinflation/respiration glosso-pharyngée pendant la prise en charge chronique. La nébulisation et le positionnement ont été privilégiés comme techniques de mobilisation des sécrétions tandis que la toux assistée manuellement a été fortement soutenue pour le dégagement des voies respiratoires et l'assistance à la toux. De plus, la gestion posturale XNUMX heures sur XNUMX et la ventilation non invasive étaient principalement utilisées pour l'assistance respiratoire. Seuls six participants ont récemment traité des enfants et des adolescents atteints de MNM. Ils ont utilisé des vibrations, un drainage postural adapté, des exercices de positionnement et de respiration dans le cadre de la prise en charge respiratoire aiguë ; tandis que les exercices de respiration, le drainage postural adapté, le positionnement et le drainage autogène ont été utilisés comme techniques de soins chroniques par les six participants. L'insufflation-exsufflation mécanique n'a été utilisée par aucun d'entre eux au cours des six derniers mois.

Conclusion(s) : Les principaux résultats indiquent que les physiothérapeutes sud-africains connaissent les directives cliniques publiées au niveau international pour les patients atteints de NMD, mais les techniques traditionnelles de physiothérapie thoracique sont toujours privilégiées. De plus, les techniques d'élimination des sécrétions et d'augmentation de la toux telles que l'empilement respiratoire/hyperinflation/respiration glossopharyngée et l'insufflation-exsufflation mécanique ne sont utilisées que par une minorité. Les physiothérapeutes sud-africains ont apparemment une exposition et une expérience limitées dans la prise en charge des patients pédiatriques et adolescents atteints de NMD.

Implications Les informations concernant la pratique fondée sur des données probantes et les nouvelles technologies dans le domaine des NMD devraient être rendues plus largement disponibles par le biais d'ateliers, de présentations et d'intégration dans les programmes de premier cycle. Des recherches supplémentaires sont recommandées pour identifier les techniques de soins respiratoires les plus efficaces, les plus rentables et les plus sûres chez les enfants sud-africains atteints de NMD.

Remerciements de financement : Ce travail est soutenu par l'URC Equipment Grant (Western Cape); Subvention de développement de la recherche SMU ; et la bourse de doctorat SASP.

Topic: Cardiorespiratoire

Approbation éthique Comité d'éthique de la recherche humaine (UCT) : 513/2015


Tous les auteurs, affiliations et résumés ont été publiés tels qu'ils ont été soumis.

Retour à la liste