LE RÔLE DE LA FONCTION AUTONOME DANS L'ANALGÉSIE ENDOGÈNE INDUITE PAR L'EXERCICE : UNE ÉTUDE CAS-TÉMOIN DANS L'ENCÉPHALOMYÉLITE MYALGIQUE⁄LE SYNDROME DE FATIGUE CHRONIQUE ET LES PERSONNES EN BONNE SANTÉ

Déposez le
Van Oosterwijck J.1,2,3,4, Marusic U.5, De Wandele I.3,Paul L.6, Meeus M.1,3,4, Moorekens G.7, Lambrecht L.8, Danneels L.3, Nijs J.1,2,9
1Pain in Motion International Research Group, Bruxelles, Belgique, 2Vrije Universiteit Brussel, Département de physiothérapie, physiologie humaine et anatomie, Bruxelles, Belgique, 3Université de Gand, Département des sciences de la réadaptation et de la physiothérapie, Gand, Belgique, 4Université d'Anvers, Département des sciences de la réadaptation et de la physiothérapie, Anvers, Belgique, 5Université de Primorska, Institut de recherche en kinésiologie, Koper, Slovénie, 6Université de Glasgow, Nursing and Health Care, Glasgow, Royaume-Uni, 7Hôpital universitaire d'Anvers (UZA), Département de médecine interne, Anvers, Belgique, 8Cabinet privé de médecine interne, Gand, Belgique, 9Hôpital Universitaire de Bruxelles, Département de Médecine Physique et Physiothérapie, Bruxelles, Belgique

Contexte: L'exercice aérobie provoque un effet analgésique aigu chez les personnes en bonne santé. Les patients atteints d'encéphalomyélite myalgique/syndrome de fatigue chronique (EM/SFC) sont incapables d'activer cette analgésie endogène orchestrée par le cerveau (ou inhibition descendante) en réponse à l'exercice. Cette altération physiologique est actuellement considérée comme un facteur explicatif du malaise post-effort chez ces patients. À l'heure actuelle, les mécanismes précis de l'analgésie induite par l'exercice (AIE) sont inconnus. Bien que le dysfonctionnement autonome soit une caractéristique de l'EM/SFC, aucune étude n'a examiné s'il existe une relation entre les modifications de la douleur induites par l'exercice et la fonction autonome.

Objectif : Examiner le rôle du système nerveux autonome dans l'analgésie induite par l'exercice chez les personnes en bonne santé et celles atteintes d'EM/SFC, en étudiant la récupération des paramètres autonomes après un exercice aérobique et la relation avec les changements d'intensité de la douleur autodéclarée.

Méthodologie: Vingt patientes atteintes d'EM/SFC et 20 sujets sains et sédentaires ont effectué un test d'exercice sous-maximal sur vélo connu sous le nom d'indice de puissance aérobie avec surveillance cardiorespiratoire continue. Avant et après l'exercice, des mesures de la fonction autonome (c'est-à-dire la variabilité de la fréquence cardiaque, la pression artérielle et la fréquence respiratoire) ont été effectuées en continu pendant 10 minutes et les niveaux de douleur autodéclarés ont été enregistrés. La relation entre les paramètres autonomes et les paramètres de douleur autodéclarés a été examinée à l'aide d'une analyse de corrélation.

Résultats: Certaines relations de force modérée entre les mesures autonomes et de la douleur ont été trouvées. Le changement (après l'exercice moins le score avant l'exercice) de la sévérité de la douleur était corrélé (r = 580, p = 007) avec le changement de la pression artérielle diastolique dans le groupe sain. Dans le groupe EM/SFC, des corrélations positives entre les changements dans la sévérité de la douleur et la faible fréquence (r=.552, p=.014), et entre les changements dans la douleur corporelle et la tension artérielle diastolique (r=.472, p=. 036), ont été vus. De plus, dans l'EM/SFC, le changement de la sévérité des maux de tête était inversement corrélé (r=-480, p=038) avec le changement de la variabilité de la fréquence cardiaque à haute fréquence.

Conclusion(s) : La réactivation parasympathique réduite pendant la récupération après l'exercice est associée à l'analgésie dysfonctionnelle induite par l'exercice dans l'EM/SFC, ce qui indique que l'efficacité de la récupération autonome peut éventuellement influencer le degré d'analgésie induite par l'exercice avec facultés affaiblies dans l'EM/SFC. Une mauvaise récupération de la pression artérielle diastolique en réponse à l'exercice, la pression artérielle restant élevée, est associée à des réductions de la douleur après l'exercice dans l'EM/SFC ainsi que chez les personnes en bonne santé. Lorsque la pression artérielle reste élevée, cela signifie qu'il y a également un étirement accru sur les artères coronaires, ce qui conduit à l'activation des barorécepteurs. De plus, une mauvaise récupération de la variabilité de la fréquence cardiaque à basse fréquence dans l'EM/SFC était liée à une mauvaise analgésie induite par l'exercice, et on sait que le baroréflexe est responsable d'une partie de cette composante à basse fréquence. Par conséquent, ces découvertes suggèrent un rôle des barorécepteurs artériels dans les mécanismes de l'analgésie induite par l'exercice chez les personnes en bonne santé, et son dysfonctionnement chez les patients atteints d'EM/SFC.

Implications Comprendre les mécanismes de l'analgésie induite par l'exercice nous aidera à développer des stratégies pour améliorer la fonction de ce phénomène chez ceux chez qui il est altéré. Ceci est particulièrement intéressant pour les patients atteints d'EM/SFC, car cela pourrait en partie prévenir le malaise post-effort qu'ils ressentent. La prévention de ces exacerbations de symptômes liés à l'exercice est essentielle pour augmenter avec succès les niveaux d'exercice et les niveaux d'activités quotidiennes pendant la rééducation.

Remerciements de financement : Cette étude a été financée par le Ramsay Research Fund de la ME Association (Royaume-Uni).

Topic: Gestion de la douleur et de la douleur

Approbation éthique L'étude a été approuvée par le comité d'éthique de l'Hôpital universitaire de Bruxelles/Vrije Universiteit Brussel.


Tous les auteurs, affiliations et résumés ont été publiés tels qu'ils ont été soumis.

Retour à la liste