UNE ÉTUDE OBSERVATIONNELLE À CENTRE UNIQUE SUR L'INCIDENCE, LA FRÉQUENCE ET LE TEMPS DES INTERVENTIONS DE PHYSIOTHÉRAPIE EN SOINS CRITIQUES PENDANT LE PIC DU COVID-19

Déposez le
A. Thomas1, J. Riche1, M. Coman1
1Barts Health NHS Trust, Physiothérapie, Londres, Royaume-Uni

Contexte: Le cas index COVID-19 du Royaume-Uni a été déclaré le 31 janvier 2020. La pandémie qui a suivi a culminé en avril, nécessitant l'expansion de la capacité de soins intensifs et le redéploiement de groupes de personnel. Le redéploiement du personnel a mis en évidence la nécessité de réponses rapides en matière de formation.

Objectif : Nous avons capturé le service de physiothérapie fourni à nos soins intensifs pendant la pandémie pour déterminer l'incidence, la fréquence et le moment de l'intervention. Ces données peuvent soutenir les programmes futurs, en identifiant les interventions qui sont employées tôt, par rapport à celles qui peuvent être nécessaires après le pic.

Méthodologie: Il s'agissait d'une observation dans un seul centre de l'Adult Critical Care Unit (ACCU), le Royal London Hospital (RLH), Royaume-Uni. Les données ont été collectées du 1er avril au 31 mai 2020. L'ACCU du RLH accueille généralement 44 lits, occupés par des patients médicaux, chirurgicaux et traumatologiques. En réponse au COVID-19, la capacité de soins intensifs a été étendue à 90 lits pour les patients COVID-19 positifs et négatifs.
Quarante-deux physiothérapeutes étaient disponibles pour fournir un service ACCU de sept jours, créant un ratio moyen physiothérapeute/lit de 1:5. Les services de base ont été fournis entre 8 h et 6 h, avec une garde de nuit de 6 h à 8 h.
Les interventions de physiothérapie ont été réalisées après l'évaluation thérapeutique. Les interventions ont été classées comme suit : gestion des sécrétions ; Sevrage (ventilateur et trachéotomie); Thérapies de sauvetage (proning) et Rééducation Fonctionnelle. Le score d'évaluation physique de Chelsea (CPAx) à l'admission et à la sortie des soins intensifs a été enregistré.

Résultats: 213 patients ont été inclus dans l'échantillon, 163 COVID-19 positifs et 50 COVID-19 négatifs. 2248 interventions ont été réalisées au cours de la période. L'intervention la plus courante était « l'évaluation physique et les soins des membres » (540 fois).
L'intervention de gestion des sécrétions la plus fréquente était l'aspiration (430 occasions), suivie de la toux assistée (140 occasions), du positionnement (101 occasions), des techniques manuelles (83 occasions) et de l'hyperinflation du ventilateur (67 occasions).
Des interventions de sevrage ont été réalisées à 271 reprises. Il y a eu une augmentation du sevrage de la trachéotomie au cours des troisième, quatrième et cinquième semaines, tandis que le sevrage du ventilateur a été administré de manière plus cohérente tout au long de la période. Des thérapies de sauvetage ont été nécessaires à 82 reprises.
La réadaptation fonctionnelle (RF) a été nécessaire à 534 reprises, représentant 242 SOEOB, 169 SOOBIC et 123 interventions de mobilité. L'incidence hebdomadaire moyenne de FR était de 67 ± 11.8 occasions. La distribution des interventions était la plus importante au cours des semaines quatre, cinq et six. L'incidence de FR a augmenté parallèlement à l'insertion de la trachéotomie.
48 % de l'échantillon (n = 76) ont effectué à la fois un CPAx initial et de sortie pendant leur séjour à l'ACCU. Le CPAx moyen à l'admission à l'ACCU était de 9/45 points et de 25/45 points à la sortie.

Conclusion(s) : Au plus fort d'une réponse à une pandémie respiratoire, l'incidence et la fréquence des interventions de physiothérapie présentent un schéma temporel. Les interventions de sauvetage et de gestion des sécrétions étaient plus susceptibles d'être nécessaires au cours de la réponse clinique précoce, tandis que le sevrage et la FR étaient plus susceptibles d'être nécessaires au cours de la réponse ultérieure. Deuxièmement, ces données démontrent l'incidence de l'intervention lorsque les ratios physiothérapeute/lit sont proportionnels aux recommandations nationales (Royaume-Uni).

Implications La formation du personnel redéployé doit se concentrer sur les interventions requises lors de la réponse initiale, avec une formation ultérieure pour les interventions requises ultérieurement.

Financement, remerciements : Cette recherche n'a reçu aucune subvention spécifique d'un organisme de financement des secteurs public, commercial ou à but non lucratif.

Mots clés: COVID-19, Physiothérapie, Soins intensifs

Topic: COVID-19

Ce travail a-t-il nécessité une approbation éthique? Non
Établissement : N/A
Comité : N/A
Raison : Évaluation des services par l'unité d'efficacité clinique du Royal London Hospital (projet 11153).


Tous les auteurs, affiliations et résumés ont été publiés tels qu'ils ont été soumis.

Retour à la liste