VARIATIONS DE LA FONCTION CARDIOPULMONAIRE ET C-RÉACTIVE EN RÉPONSE AUX NIVEAUX D'ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D'UN CANCER DU SEIN ET LES PARENTS AU PREMIER DEGRÉ

Déposez votre dernière attestation
Ibénémé SC1,2, Duru D.3, Myezwa H.4, Ezuma A.3, Lasebikan NN5, Biyi-Olutunde OA6, ObohOE7, Nwankwo MJ8
1Université du Nigéria, Campus Enugu, Réadaptation Médicale, Enugu, Nigéria, 2Université du Witwatersrand, Physiothérapie, Johannesburg, Afrique du Sud, 3Hôpital universitaire de l'Université du Nigéria, physiothérapie, Enugu, Nigéria, 4Université de Witzwatersrand, Physiothérapie, Johannesburg, Afrique du Sud, 5Hôpital universitaire de l'Université du Nigéria, médecine radiologique, Enugu, Nigéria, 6Hôpital universitaire de Port-Harcourt, radiothérapie et oncologie clinique, Port-Harcourt, Nigéria, 7Université de Berne, Radiothérapie, Bénin, Nigeria, 8Université Nnamdi Azikiwe, réadaptation médicale, Nnewi, Nigéria

Contexte: Il existe une plausibilité biologique quant au rôle de l’héritabilité dans l’inflammation systémique du cancer du sein, qui est modulée par l’activité physique. Par conséquent, tout comme les patientes atteintes d’un cancer du sein (BRCApts), les biomarqueurs de l’inflammation, notamment la protéine C-réactive (CRP), peuvent être altérés chez leurs parents au premier degré (FDR), en raison de l’inactivité physique. En tant que telle, l'inactivité physique peut influencer négativement les indices cardio-pulmonaires et peut constituer un signe avant-coureur avant l'induction d'un cancer. Des études antérieures ont montré un lien entre l’inflammation et les maladies pulmonaires restrictives. Le profilage de ces variables dans les BRCApts/FDR peut fournir un aperçu des tendances épidémiologiques probables qui peuvent justifier une intervention préventive spécifique.

Objectif : Profiler la CRP et les indices cardiopulmonaires et déterminer leur relation avec PAL dans les BRCApts et leurs FDR.

Méthodologie: Université du Nigéria, hôpital universitaire, Enugu : quarante-neuf participants [HM1] (28 BRCApts âgés de 43.07 ± 9.87 ans et 21 FDRS âgés de 39.62 ± 11.93 ans) ont consenti à une étude de cas multiples. Les valeurs MET et le PAL ont été déterminés à l'aide du questionnaire international sur l'activité physique (protocole de notation IPAQ-short version 2.0, 2004) et classés en niveaux d'activité physique élevés (HPAL), modérés (MPAL) et faibles (LPAL). Des études spirométriques ont été menées à l'aide du canal ECG 12 avec spiromètre (ECG Cardiogima 12m, Italie) selon la formule Morris/Polgar. Par la suite, 23 participants (13 BRCApts et 10 FDR), qui ont consenti. participé à une étude en laboratoire pour déterminer la CRP (plage normale = 0-12 mg/L). Les données obtenues ont été testées pour leur normalité à l'aide du test de Kolmogorov et analysées avec le test Kruskal-Wallis H, le Chi carré, les corrélations Crammers' V, Lambda et Pearson, après contrôle des facteurs de style de vie (habitudes alimentaires, tabagisme, entre autres). Alpha a été fixé à p 0.05.

Résultats: Plus de BRCApts(32.1%) que de FDR(9.5%) avaient un mode de vie de LPAL, tout comme plus de FDR que de BRCApts avaient un mode de vie de HPAL(57.1% contre 42.29%) et de MPAL (33.33% contre 25%), respectivement. La CRP était élevée dans 6 BRCApts sur 13 (46.15 %), contre 3 FDR sur 10 (30 %). La CRP moyenne dans les BRCApts (12.09 ± 3.16 mg/L) était supérieure à la normale contrairement aux FDR (11.78 ± 2.29 mg/L). La CRP ne variait pas de manière significative entre tous les PAL dans les BRCApts (F = 0.375, p = 0.696), contrairement aux FDR (F = 5.436, df = 2, p = 0.038). La prédiction de la CRP à partir d'une connaissance de PAL montre un accord élevé (lambda[A de B] = 0.7) dans les FDR et un accord modéré (lambda[A de B] = 0.6923) dans les BRCApts. Le VEMS/CVF (%) dans les BRCApts (1 ± 90.15 %) était significativement plus élevé (p = 9.05) que dans les FDR (0.0470 ± 83.91 %). La CRP était inversement proportionnelle à la CVF (r = -12.38, p = 0.994) dans les BRCApts et au VEMS1(r=-0.9722,p=0.054) dans leurs FDR, respectivement.

Conclusion(s) : Le rapport VEMS/CVF était supérieur à 1 % dans les FDR et les BRCApts, suggérant d'éventuelles maladies pulmonaires restrictives, pouvant survenir respectivement en raison d'un état immuno-inflammatoire subclinique chronique et d'une inflammation de haut grade, mais qui pourraient être influencées par le PAL dans les FDR. Les BRCApts étaient moins actifs physiquement et présentaient peut-être des changements fibrotiques, d'où la relation inverse entre la CRP et la CVF. PAL pourrait être un déterminant influent de l'état inflammatoire (c'est-à-dire CRP), dans les FDR plutôt que dans les BRCApts, avec une précision prédictive de 80 % et 70 %.

Implications La thérapie respiratoire, lorsqu'elle est requise pour les BRCApts et les FDR, doit intégrer l'activité physique en tant que modification du mode de vie pour moduler ou prévenir l'inflammation chronique et les maladies pulmonaires restrictives qui en résultent. En outre, l’inflammation systémique et les maladies pulmonaires restrictives peuvent avoir une utilité prédictive en tant que corrélats de l’induction du cancer, ce qui devrait être exploré dans le cadre d’études sur de grandes populations.

Mots clés: Cancer du sein, sédentarité, protéine C-réactive, inflammation, maladies pulmonaires

Remerciements de financement : Cette recherche n'a reçu aucune subvention spécifique d'un organisme de financement des secteurs public, commercial ou à but non lucratif

Topic: Oncologie, VIH et soins palliatifs ; cardiorespiratoire; Promotion de la santé et bien-être/vieillir en bonne santé

Approbation éthique requise : Oui
Institution : Université du Nigéria
Comité d'éthique : Comité d'éthique de la recherche en santé
Numéro d'éthique : NHREC/05/01/2008B


Tous les auteurs, affiliations et résumés ont été publiés tels qu'ils ont été soumis.

Retour à la liste